Moins de « boomers », plus de diversité, le « New York Times » ouvre ses grilles de mots croisés

Rebattre les cartes

Le 7 mars, le New York Times a bouclé son appel à candidatures pour identifier de nouveaux verbicrucistes, c’est-à-dire les personnes qui conçoivent des mots croisés. Pour imaginer de futures grilles, le quotidien veut plus de femmes, de personnes LGBT ou non blanches. « Les grilles de mots croisés sont le reflet du monde actuel, et c’est pourquoi elles doivent être accessibles à une grande diversité de personnes », explique Everdeen Mason. La directrice éditoriale des jeux du quotidien new-yorkais a constaté que, ces dernières décennies, ceux-ci étaient conçus par et pour des hommes blancs quinquagénaires. Et cela se reflète dans le choix des mots et les références utilisées dans les définitions. La pop culture, par exemple, est totalement absente. Le New York Times veut donc attirer plus de cruciverbistes grâce à ces nouveaux verbicrucistes.

Lire aussi Qui est Bari Weiss, la journaliste qui vient de démissionner du « New York Times » ?

Front de diversion

Un sport pour intellectuels élitistes, les mots croisés ? Dans les années 1920, alors que le jeu vient juste d’être lancé par le New York World, un journal assez populaire, le New York Times s’effraie de son succès fulgurant. « Une forme particulière de folie », titre le quotidien. Un autre article relaie les inquiétudes de médecins sur les cas d’insomnie de ses fans. On trouve même des récits de ruptures provoquées par un conjoint devenu accro ! Le 15 février 1942, le New York Times estime que les Américains ont besoin de dérivatif en temps de guerre et présente sa première grille. Le succès ne s’est jamais démenti depuis.

Lire aussi Il fait sa demande en mariage dans la grille de mots croisés du “Times”

Usine à cases

Les mots croisés sont – aussi – un art visuel. Les grilles du New York Times, toujours carrées, présentent une belle symétrie dans la disposition des cases noires. Elles peuvent être retournées et regardées tête en bas. Une convention respectée dans la plupart des pays anglo-saxons mais pas dans les pays francophones. D’autres contraintes s’imposent aux auteurs américains : les cases noires doivent être limitées au sixième du nombre total de cases et les mots, autrement dit les cases blanches, ne peuvent compter moins de trois lettres. En France, le talent d’un verbicruciste se mesure plutôt à sa capacité à mettre le moins de cases noires possible – moins de 6 % étant un must. La subtilité des définitions demeure le point commun des mots croisés à travers le monde.

Investissement, en six lettres

Une nouvelle frénésie s’est emparée des Américains fans de mots. Wordle, jeu numérique lancé en octobre 2021, est devenu viral en un temps record, passant de 90 joueurs le 1er novembre 2021 à 300 000 le 2 janvier. De quoi s’agit-il ? Chaque jour, une nouvelle grille est dévoilée. Un seul mot doit être deviné par l’ensemble des joueurs en cinq tentatives. A chaque essai, les lettres correctes bien placées apparaissent en vert et les lettres justes mais mal placées en jaune. Convaincu de tenir un hit, le New York Times a annoncé, le 31 janvier, le rachat de Wordle pour un montant à sept chiffres tenu secret. De quoi préparer l’avenir de son offre payante uniquement consacrée aux jeux, qui vient de dépasser le million d’abonnés.

Lire aussi Dix jeux vidéo auxquels jouer quand on est fauché (ou radin)

Jean-Baptiste Diebold

M le magazine du Monde

We would like to give thanks to the author of this short article for this outstanding web content

Moins de « boomers », plus de diversité, le « New York Times » ouvre ses grilles de mots croisés

Cool N Spicy