Nice la russe rattrapée par la guerre de Poutine

Par Yann Bouchez

Publié aujourd’hui à 00h26

La grille est entrouverte, mais pas question de laisser entrer n’importe qui. Une poignée de cerbères, épaules carrées et cheveux ras, talkie-­walkie à la main pour certains, montent la garde. De temps à autre, après des mots échangés vitre baissée, quelques voitures entrent au compte-gouttes. Une Bentley grise immatriculée en Russie, deux berlines moldaves, une Porsche Cayenne française et même un intrigant van noir aux vitres teintées et à la plaque ukrainienne. Des piétons arrivent aussi. Les femmes qui pénètrent dans l’enceinte portent un voile sur les cheveux. De l’avenue Nicolas-II et du boulevard Tzarewitch, situés à quelques pas de la gare de Nice, on aperçoit, à travers les barreaux de la clôture, un joli jardin, quelques palmiers et, en levant encore la tête, les cinq bulbes vert émeraude de la cathédrale Saint-Nicolas.

Le principal édifice orthodoxe russe à Nice, petit bijou architectural inauguré en 1912, est l’un des monuments les plus visités de la ville. Près de 200 000 touristes et fidèles s’y rendent chaque année. L’entrée est gratuite. Mais, en ce 13 mars, premier dimanche du carême, dit du « triomphe de l’orthodoxie », le lieu a des airs de Fort Knox. Cinq jeunes étudiantes texanes, en visite pour le week-end, sont refoulées.

Les vigiles sont chapeautés par un homme d’une trentaine d’années, moins charpenté qu’eux, cheveux noirs en arrière. Il tient un détecteur de métaux. Et confirme, la mine contrite mais avec fermeté, qu’il ne peut pas y avoir de passe-droit pour les cartes de presse. « Ici, on est en territoire russe », explique-t-il. Avant d’ajouter, quelques instants plus tard : « C’est une propriété privée russe. Et l’église a été formelle, impossible de recevoir des journalistes. Pour des questions de sécurité. Quand l’ambassade de Russie donne des consignes, impossible de les contourner. » Pas de journalistes, pas de touristes.

Lettre de menace

Depuis plusieurs jours, l’éventualité d’une manifestation antirusse – ou pro-ukrainienne, question de point de vue – glace l’atmosphère. Un temps autorisé, le rassemblement, prévu devant la cathédrale et à l’heure de la messe, a été annulé par la préfecture, la veille. Le 11 mars, l’archiprêtre Andrey Eliseev, recteur de la cathédrale, avait reçu une lettre, aussi brève que menaçante. « Vous êtes les amis de Mr Putin. Allez en Russe [sic] bientôt autrement vous et vos amis seront assassinés. Vous avez un mois. » Signée : « Un ami. »

Ce jour de prière, une voiture de police patrouille donc devant la grille, au cas où. Sur un lampadaire en face de l’édifice, un minuscule autocollant blanc a été collé, on ne peut savoir quand. On y lit quatre slogans : « #stopwar #standwithukraine #stopputin #slavaukraini (Gloire à l’Ukraine !) » Mais aucun signe de protestation aux abords de la cathédrale. Seul le bruit des cloches vient rompre le silence dominical.

Il vous reste 88.81% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

We want to give thanks to the writer of this article for this outstanding content

Nice la russe rattrapée par la guerre de Poutine

Cool N Spicy