Quand l’énergie de nos enfants, nous fatigue…

« Hey ! Les enfants, moins de bruit ! » « Arrête de gesticuler, tiens-toi bien. »  « Arrête d’éclabousser ! » ; « Ce n’est pas le moment de regarder les fleurs, on y va ! » ; « Ce n’est pas la peine de crier ! » ; « Non ! Tu ne prends pas mon rouge à lèvres. Ce n’est pas un jouet ! » ; « Arrête de faire le pitre ! » ; « Mais qu’est-ce que tu as fait ? Regarde, il y en a partout ! » ; « Ce n’est pas le moment faire le kangourou, on s’habille ! » ; « Eh les deux qui rigolent au fond, ça suffit on se tait. »… Quand notre enfant bourdonne partout comme un avion de chasse, on a parfois du mal à réagir en tout sérénité avec douceur et bienveillance ! Alors, comment réagir quand notre enfant est trop « turbulent » à notre goût ? 

Généralement, nous n’aimons pas les voir faire n’importe quoi, et on s’empresse de les rappeler à l’ordre  ! Alors, qu’un enfant turbulent (aux yeux de beaucoup en tous cas) n’a pas forcément une volonté d’être désagréable ! Il a souvent simplement… une énergie d’enfant ! Alors, que faire quand notre enfant se transforme en tornade, en cyclone, ou en volcan en irruption ? Pas de panique ! Essayons de voir le positif dans cette belle énergie, tout en leur apprenant à respecter les autres…

Le développement de l’intelligence passe par la motricité

Bien sûr, c’est parfois fatigant tout ce bruit et cette agitation autour de nous ! Mais un enfant n’est pas un dessin, et si certains peuvent passer des heures à crayonner, nombre d’entre eux ont tendance à déborder d’énergie ! Et c’est une bonne nouvelle, car le développement psychologique et affectif passe par la découverte du monde et l’interaction avec les autres ! Donc, au-delà de notre agacement ou de notre lassitude ou de notre envie de paix (tout à fait légitimes 😉), pensons à dédramatiser et à les féliciter… Tout en leur proposant des alternatives. La communication non violente peut vraiment nous aider à mieux nous faire entendre.

Et gardons-nous de leur coller une étiquette d’hyperactif… Bien sûr, cela existe et il convient de le prendre en compte… Mais un enfant qui bouge trop à notre goût n’est pas forcément en hyperactivité.

Au fond, si un enfant est « turbulent », nous avons raison de vouloir qu’ils ne dérangent pas les autres, et qu’ils n’abîment pas les objets…

Leur joie, leur créativité, leur envie d’expérimenter dérangent… Parce qu’on est tous ensemble dans quelques mètres carrés ; parce que l’appartement est fragile ; parce on est pressé ; parce que demain il y a école et qu’il faut se lever ; parce qu’il y 30 enfants à gérer ; parce nous sommes entourés de contraintes, et qu’il faut savoir composer.

Mais en critiquant leurs gestes, nous critiquons aussi leurs intentions, qui sont pourtant souvent bonnes !

 

Vous en avez assez de crier pour vous faire entendre, voire obéir ? Et si on changeait notre façon de communiquer pour créer une relation sereine et bienveillante avec notre enfant ? En vous inscrivant à la newsletter, je vous enverrai illico (et gratuitement !) le PACK « OUI PAPA OUI MAMAN : toutes les clefs pour les faire coopérer (sans crier) ! Au programme : des astuces et des conseils faciles à mettre en place pour changer votre quotidien petit à petit.

Alors, plutôt que de gronder notre enfant « turbulent », donnons-lui des alternatives

Pour qu’ils puissent continuer d’exprimer leur bonne humeur, leur soif d’expérience, tout en respectant les autres.

Petite histoire d’un enfant turbulent (comme les autres 😉!)

Notre fille arrive avec du rouge à lèvre jusqu’aux oreilles : « Regarde Maman, je me suis maquillée ! ».

Ou notre fils de 2 ans veut faire une blague à son papa en cachant son pain au chocolat dans la poubelle…

Essayons d’adapter nos réactions

Et si nous évitions de lancer « Dis donc, ça ne va pas bien non ?!  » ?

Prenons un moment pour observer son intention… OK, le résultat n’est pas nécessairement celui qu’il/elle avait envisagé, mais au fond, il/elle voulait bien faire, non ?

Ce serait tellement dommage de détruire leur intention de nous amuser. C’est tellement bon de partager un éclat de rire !

Alors au lieu de leur « remonter les bretelles », si nous les encouragions à continuer à nous faire des blagues, mais dans le respect des autres et des choses.

  • « C’est très drôle de se maquiller, mais tu sais mon rouge à lèvre est précieux et je n’ai pas envie que tu l’abimes. Tu pourrais demander pour ton anniversaire une boite avec plein de maquillage, comme ça tu pourras te déguiser en clown et faire rire les gens !! ».
  • « Mon cœur, c’est très drôle de vouloir faire une blague à papa, mais cache-le autre part. Dans la poubelle, après on ne peut plus le récupérer et c’est gâché ! Papa n’aurait alors plus envie de rigoler mais plutôt de te gronder. Tu as une idée d’une autre cachette ? Comment on va faire pour consoler papa qui n’a plus de pain au chocolat ?
  • Notre enfant emmet un cri strident « YYYYAAAAAAAHH ». « Pourquoi tu cries ? » «  Parce que je suis content ! » «  Cela me fait plaisir que tu sois content, tu peux chanter YOUHOUHOU !!! Car quand tu cries, on pense qu’il y a un problème. »

Et oui, souvent ce comportement turbulent est simplement lié à son envie de rire, sauter et courir. Mais il peut aussi s’agir d’autres choses…

L’enfant qui s’agite pour attirer l’attention

Vous l’avez déjà vécu le coup de fil à la copine alors que Loulou joue tranquillement dans le salon depuis un moment. Et tout à coup, le voici accroché à vos basques ou debout sur la table… Ou encore la séance de télétravail où il est impossible de se concentrer parce que votre tornade a décidé de jouer aux cowboys et aux indiens…

Pour avoir la paix, prenons le temps d’être avec eux

Oui, parfois un enfant turbulent veut juste attirer l’attention et avoir son moment à lui. Isabelle Filliozat utilise l’image du besoin de remplir son réservoir d’amour. À la manière d’un porte-avion, il va revenir vers son parent pour faire le plein, puis repartir explorer le monde… Alors, pour avoir la paix, trouvons un moment où l’on se rend pleinement disponible.

Laissons-leur un espace pour extérioriser

Sortir au parc, courir le plus vite possible, hurler à plein poumon, danser comme des fous… Pour pouvoir se contrôler, on a souvent aussi le besoin d’extérioriser, de vider les batteries. C’est tellement difficile de rester sous contrôle H24. Gare à l’effet cocotte-minute ! ?

Bien sûr, la relaxation propose pleins de super exercices et des temps de prise de recul excellents pour canaliser l’énergie ! Mais parfois, un bon footing peut mieux permettre de décharger les tensions avant de revenir à des activités plus calmes.

Est-ce qu’on a pensé à les laisser « ne rien faire » ?

Nous avons tendance à vouloir stimuler nos enfants en permanence : faire de la musique, de la méditation, des arts, apprendre à lire, etc. Pourtant combien d’auteurs, d’artistes ou de vocations sont nés de l’ennui ? Et si nous laissions aussi à nos enfants un peu de place pour « faire ce qu’ils veulent » sans que nous leur disions quoi faire ? Si nous avons défini le cadre, ils peuvent expérimenter sans (trop) de danger. (Ok, ils vont peut-être demander la télé, mais qu’importe…).

Et si finalement, notre enfant turbulent était juste plein de vie ?

Ok, nos enfants sont turbulents, agités, débordants d’énergie… Essayons de nous en réjouir ! Ne devrions-nous pas envier sa façon de savourer le présent à pleines dents, sans se préoccuper ni du passé, ni de futur ?

Mais, cette précieuse joie de vivre, petit à petit s’envole, sous les contraintes de la vie…

Pourtant, en tant que parents, ce que nous souhaitons, c’est faire de notre enfant un adulte heureux : un adulte qui profite pleinement de la vie, qui continue à faire rire les autres, à partager, à s’enthousiasmer, à oser, à s’émerveiller, à être lui-même… Pourquoi alors, tant de fois, reprochons-nous à nos enfants leur excès de joie, ou sommes-nous exaspérés de leurs moments de contemplation ? Alors que c’est justement leur force !

Qu’ils continuent à courir, sauter, jouer, rigoler, expérimenter, s’enthousiasmer, mais dans le respect des autres et des choses… Prenons soin de leur furieuse envie de vivre, ne la détruisons pas. Car c’est leur force, leur avenir.

We would like to say thanks to the writer of this article for this outstanding web content

Quand l’énergie de nos enfants, nous fatigue…

Cool N Spicy