« Yvan Colonna » dans « Le Monde », du berger nationaliste au détenu maudit

L’agression en détention d’Yvan Colonna, le 2 mars, a embrasé la Corse. Le nationaliste de 61 ans, condamné à la réclusion criminelle à perpétuité pour l’assassinat du préfet Claude Erignac, le 6 février 1998, à Ajaccio, est toujours entre la vie et la mort après qu’un codétenu, condamné pour des faits de djihadisme en 2015, l’a étranglé alors qu’il faisait du sport. La colère de la famille Colonna, qui « entend demander raison à l’Etat de l’agression meurtrière dont il a été la victime », a contaminé les rues de l’île, tant les milieux nationalistes demandaient depuis longtemps le rapprochement des détenus « politiques ».

Le Monde écrit pour la première fois le nom d’Yvan Colonna le 23 mai 1999, quinze mois après l’assassinat du préfet Erignac, dans un article de Pascal Ceaux et Jacques Follorou titré « Affaire Erignac : les policiers pensent avoir arrêté le “groupe opérationnel” ». Le nom de Colonna apparaît au détour d’un encadré sur « un groupe radical et isolé, né au début des années 90 ». Il est le fils d’un ancien député (PS) niçois, Jean-Hugues Colonna, qui a conseillé certains ministres de l’intérieur ces dernières années sur le dossier corse. « Yvan Colonna, berger, a élevé ses enfants dans la seule langue corse avant qu’ils n’intègrent le système scolaire. Représentant la Cuncolta à Cargèse, il milite pour un nationalisme intransigeant », lit-on. A l’heure où ces lignes sont rédigées, nul ne le sait encore, mais sa cavale durera quatre années supplémentaires.

Lire aussi Article réservé à nos abonnés Agression d’Yvan Colonna : l’administration pénitentiaire se défend

Jacques Follorou annonce qu’un avis de recherche a été apposé dans tous les commissariats de France le 27 mai 1999, et Le Monde consacre pas moins de quatre pages à l’affaire. C’est qu’en garde à vue trois des six membres du commando viennent de désigner Yvan Colonna comme le tireur. « Les aveux des militants nationalistes ont été obtenus grâce à la confrontation de leurs alibis et des expertises techniques menées sur les téléphones portables. Celles-ci ont permis de localiser précisément les membres du commando à l’heure du meurtre, démontrant à chaque fois une contradiction avec le lieu où ils prétendaient se trouver à ce moment-là. » Pour son reportage, Danielle Rouard, elle, est allée à Cargèse recueillir l’appel à la reddition du père d’Yvan, Jean-Hugues Colonna, en pleurs.

« Tu es bien Yvan Colonna ? »

Le 3 juin 2003, une nouvelle salve d’articles annonce l’ouverture du procès, devant la cour d’assises spéciale de Paris, de huit nationalistes pour l’assassinat du préfet. Le cas d’Yvan Colonna, toujours en fuite, a été disjoint. Le Corse est devenu l’obsession de trois ministres de l’intérieur successifs, « le “TOC” de Nicolas Sarkozy », reprend Ariane Chemin, qui consacre au fugitif une pleine page. Les parents Colonna n’ont rien vu venir, jurent-ils. Dans les années 1990, ils « croient que leur fils a rompu avec le nationalisme. Sans doute très sincèrement. Un bon militant cloisonne, en effet, sa vie et retient ses mots. En réalité Yvan est entré dans une église et fait partie des intégristes. (…) Il est devenu le soldat du peuple corse ».

Il vous reste 57.45% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

We wish to give thanks to the author of this article for this remarkable content

« Yvan Colonna » dans « Le Monde », du berger nationaliste au détenu maudit

Cool N Spicy