October 16, 2021

Interview : Laurent Taillefer discute du travail de Scanline VFX sur Free Guy

gars libre est actuellement à l’affiche dans les salles de cinéma et la comédie d’action de Ryan Reynolds est remplie d’effets visuels époustouflants. Certains de ces effets, y compris la séquence “Street Squeeze”, sont une gracieuseté de Scanline VFX.

ComingSoon a eu la chance d’interviewer Laurent Taillefer, superviseur VFX associé chez Scanline, qui a gracieusement discuté du rôle de son entreprise dans la production du blockbuster.

Découvrez les effets visuels de Scanline gars libre VFX Breakdown Reel ici !


Jeff Ames : Quelle est votre position chez Scanline VFX ?

Laurent Taillefer: Je travaille ici en tant que superviseur VFX sur certains spectacles, et d’autres, tels que gars libre, Superviseur VFX associé [alongside VFX supervisor Bryan Grill] en tant que superviseur VFX sur gars libre. Mon rôle en tant que superviseur VFX associé consiste à superviser les processus VFX mondiaux dans tous les départements, en garantissant la qualité et l’efficacité globales, ainsi qu’à soutenir le superviseur VFX (Bryan Grill) dans ses décisions créatives.

CONNEXES: Free Guy Featurette met en lumière le méchant Antwan de Taika Waititi

Quelles sont les scènes clés sur lesquelles vous avez travaillé pour Free Guy ?

Nous nous sommes concentrés principalement sur trois séquences clés : « Badass Mansion », où nous avons conçu et rendu l’intérieur du manoir ; “Street Squeeze”, la séquence où la voiture du héros roule dans des rues compressées, et “Server Room”, avec le bâtiment qui s’effondre et s’effondre numériquement alors que les serveurs s’arrêtent.

Dans la bobine VFX, l’une des grandes séquences est la pièce d’action en ruine de la ville – combien de personnes faut-il pour créer un plan comme celui-ci ?

Il faut un village ! La séquence Street Squeeze avait sa propre équipe du côté 3D, dirigée par le superviseur CG Matthew Novak. Nous avons eu une demi-douzaine d’artistes actifs pour construire la ville sur la base d’analyses et de références réelles de Boston, une équipe de mise en page de 4 pour construire le chemin de la poursuite, 6-8 artistes FX pour la briser, 4 briquets et un demi une douzaine d’artistes de la maquette, avec quelques superviseurs pour aider à filtrer la très grande quantité de calques transmis à tous ceux-ci. Globalement, nous avons travaillé avec une équipe de 30 personnes.

Il y a tellement de détails dans ces grands moments. Comment savoir jusqu’où pousser l’effet ? En d’autres termes, y a-t-il trop peu ou trop de détails ?

C’est un processus itératif. Nous commençons par sélectionner quelques plans héros qui représentent le plus d’angles (c’est-à-dire un plan très large, un vrai gros plan, un travelling), pour élaborer nos recettes. Nous les rendons sous une forme très simple avec de simples shaders de gris et des effets d’éclairage afin de parcourir un grand nombre de versions le plus rapidement possible. Nous en faisons un processus collaboratif en partageant chaque étape importante avec le client afin que nous puissions obtenir des notes précoces et éviter les surprises de dernière minute. Cela permet également au réalisateur de modifier le montage et la coupe pour s’adapter au timing et à l’apparence des effets, c’est donc vraiment une conversation à double sens. Une fois la chorégraphie du FX verrouillée, nous commençons à l’affiner en ajoutant des détails plus petits, tels que la poussière, le gravier, la destruction secondaire, etc. C’est alors que la question de savoir quand s’arrêter devient critique, car nous devons respecter le budget et le calendrier. . En interne, nous y répondons généralement en comparant les rendus à des exemples réels et en vérifiant s’il ne manque aucun composant pour rendre nos images de qualité photographique.

La collaboration entre le superviseur VFX et moi-même est essentielle ici, car nous pouvons chacun apporter un regard neuf sur le travail – ainsi que la contribution de tous les autres superviseurs. Nous soumettrons également notre travail à d’autres superviseurs Scanline de temps en temps pour obtenir un retour impartial. Donc, essentiellement, les références du monde réel et les commentaires objectifs sont les réponses.

Au gars libre, ce processus a été facilité grâce aux retours des clients – Comme nous avions pu établir une collaboration très tôt et qu’ils ont très bien répondu à notre travail, la note principale était surtout de « continuer ». Ainsi, une fois que nous avons eu une version satisfaisante, nous avons simplement utilisé le calendrier et le budget restants pour ajouter des détails supplémentaires, jusqu’à ce que nous respections la date limite, chaque version surpassant la précédente.

Qu’est-ce qui rend Free Guy unique par rapport aux autres projets sur lesquels vous avez travaillé ?

La collaboration avec le client a été exceptionnelle. Nous avons pu établir une relation très amicale et constructive, donc les notes étaient presque toujours encourageantes et positives, apportant une très bonne ambiance au spectacle. L’équipe a passé un bon moment à travailler ensemble, avec des délais de livraison très limités.

La chose la plus unique à propos de ce projet était quelque chose de différent, cependant. La crise du COVID a frappé alors que nous étions dans le premier tiers de la production. Alors que de nombreux projets étaient suspendus, nous avons eu la chance que le tournage se soit terminé et nous avons eu tout le matériel et le soutien nécessaires pour continuer à travailler. En ces temps d’insécurité, nous avons dû adapter notre flux de travail au travail à distance, devant traiter avec un client tout aussi affecté. Grâce au solide soutien de l’équipe des installations de Scanline et d’un client très compréhensif, nous avons pu effectuer une transition très fluide et continuer à travailler sur ce projet très positif, qui a vraiment aidé à traverser les insécurités de l’année dernière.

CONNEXES: Ryan Reynolds dévoile un clip de gars gratuit étrangement approprié

Y a-t-il un plan/détail/moment sur lequel votre équipe a travaillé et dont vous êtes particulièrement fier dans Free Guy ?

C’est une question difficile – comme demander à un parent son enfant préféré. Toutes les séquences comportaient des défis techniques et créatifs, qui ont tous été relevés avec une grande efficacité par l’équipe.

Je dirais que la collaboration étroite entre notre équipe de modélisation, de mise en page et d’effets permettant à la séquence Street Squeeze de se dérouler dans un environnement à l’échelle du monde réel a été l’un des plus grands exploits. Vous disposez d’une simulation très haute fidélité, jusqu’au plus petit caillou, se déroulant dans une ville entièrement bâtie, permettant une immense flexibilité. Voir cette configuration s’assembler et fonctionner de manière transparente a été une grande satisfaction.

Avez-vous utilisé une nouvelle technologie ou un nouveau logiciel pour Free Guy que vous n’aviez jamais utilisé auparavant ?

Scanline a intégré Houdini (et le logiciel de simulation FX) au pipeline, pour compléter la technologie interne de simulation de fluides Flowline. L’ajout d’un nouveau logiciel dans un pipeline de production FX est toujours un grand défi, et le faire tout en exécutant une émission l’est encore plus. L’équipe FX, sous la supervision du superviseur FX Hannes Krieger, a encore une fois fait des merveilles, et nous avons pu exploiter les forces des deux logiciels ensemble à la fin de l’émission.

Pensées supplémentaires ?

Nous recrutons, dans le monde entier, à distance et/ou sur site !

Avez-vous des projets à venir ?

Je supervise actuellement Roland Emerich Chute de lune.