October 16, 2021

Au revoir, M. Bond : sur l’impact de Pas le temps de mourir | Lointains

Non Temps à les” est divertissant tout au long de sa course recordtemps. C’est aussi un film de Bond pas comme les autres. Tout comme le Michael Corleone, plutôt silencieux, est soudainement devenu trop bavard dans “Le Parrain, partie III”, la même chose se produit ici avec 007 de Daniel Craig. Il prononce même le genre de lignes que Bond n’a jamais vraiment traitées dans le passé, telles comme “Tu me manques” et un long discours sincère à Madeleine qui se termine par “Je t’aime”. De plus, nous obtenons un jeu très comique entre Q et Bond, et il y a des éléments dans la vie du quartier-maître tels que la musique hystérique jouée dans son appartement ou ses chats chauves qui ressemblent à quelque chose de l’époque de Roger Moore.

Même si le plan du méchant dans “Non Temps à les” est assez hideux, le ton de ce film est beaucoup plus enjoué que dans n’importe lequel des autres films de Craig Bond. Cela a été un problème clé au cours de l’histoire de la franchise. Il y a même eu des entrées avec des intrigues pratiquement identiques telles que “L’homme au pistolet d’or” et “Skyfall”, mais leurs humeurs et leurs tons ont donné des résultats très différents. Comparez simplement les réunions de Spectre du film précédent et celles de “No Time to Die”. L’un des effets inattendus du changement constant de réalisateurs à l’époque de Daniel Craig a été des résultats très différents dans des domaines clés de leur production. chaque coup dans “Non Temps à les” de Linus Sandgren semble être l’antithèse du premier, comme pris lors d’un coucher de soleil parfait. Et tandis que le réalisateur Cary Joji Fukunaga a tendance à garder une touche légère, il s’assure de jouer sur les points forts de Craig, lui donnant plusieurs moments impitoyables comme lorsqu’il venge un ami dans une autre scène inspirée de “For Your Eyes Only” (“il avait non la tête haute »). Mais, son film n’est globalement pas aussi graveleux que les autres entrées de Craig Bond.

Les films Bond ont également essayé de devenir plus ambitieux à chaque entrée. Depuis que les révélations de M et Moneypenny dans “Skyfall” se sont avérées si efficaces, les producteurs semblent penser qu’inclure une grande révélation est nécessaire dans chaque image. Dans le cas de « Spectre », la divulgation de Christoph Waltz en tant que Blofeld était principalement un non-événement. Dans “Non Temps à les” on obtient une séquence trop sentimentale qui me rappelle Bruce Willis et Liv Tyler à la fin d'”Armageddon” et la présence typique d’un enfant conçu la nuit avant qu’un couple ne se sépare par le destin, et dont le père ne se rend pas immédiatement compte est le sien quand ils se rencontrent inévitablement. C’est clairement la partie la plus faible du film, ce qui est dommage étant donné que chaque entrée de Daniel Craig avait une conclusion beaucoup plus simple mais brillante. De plus, les producteurs semblent avoir réalisé que les meilleurs et les plus transcendants films de Bond sont ceux où un personnage important meurt à la fin. Dans le (pas très précisément) intitulé “Non Temps to Die », la série perd trois personnages qui ont fait partie de l’épine dorsale de la série, mais aucun de leurs décès n’a été aussi émouvant que ceux de Vesper ou M de Judi Dench dans les films précédents. Tout ce matériel est principalement ce qui donne au film son record temps et je l’ai trouvé la plupart du temps inutile.