October 16, 2021

Un cinéphile chanceux : Leonard Maltin revient sur sa vie | Entretiens

Ne venez pas à Starstruck à la recherche de saleté. Ce n’est pas la manière de Malte. Mais il y a des dizaines d’anecdotes et de notes de grâce amusantes, souvent autodérissantes, telles que la confession d’Emma Thompson à Maltin sa préférence pour Buster Keaton par rapport à son compatriote natal Charlie Chaplin.

En 2018, Maltin a révélé qu’il avait reçu un diagnostic de maladie de Parkinson quatre ans plus tôt (« Je suis en bonne santé, je suis déterminé et je suis reconnaissant », a-t-il tweeté de manière caractéristique). Il refuse de le laisser le ralentir. Son blog, Le film fou de Leonard Maltin est disponible sur leonardmaltin.com. Il co-anime le podcast hebdomadaire “Maltin on Movies” avec sa fille, Jessie (plus de 300 épisodes à ce jour). Ils parlent également film et répondent aux questions en direct tous les dimanches sur Facebook, Twitter, YouTube et Instagram.

Lorsque nous avons parlé, il venait de rentrer d’une nuit à Akron, Ohio, où il a discuté de sa carrière et de sa vie avec la maladie. Les films, dit-il, sont le meilleur remède.

Comme vous êtes l’auteur de Les films Disney, je m’en voudrais de ne pas vous avoir posé de questions sur Tommy Kirk, une icône de Disney que nous venons de perdre. Quand j’étais jeune, les films qu’il a faits, comme “Old Yeller” et “The Shaggy Dog”, m’ont d’abord fait aimer les films. Quels souvenirs gardez-vous de lui ?

“Old Yeller” allait faire ses débuts sur ABC un dimanche soir, et “Entertainment Tonight” m’a envoyé en studio pour interviewer Fess Parker, Dorothy McGuire et Tommy Kirk. C’était plutôt cool. Je n’ai pas reconnu Tommy ; Je ne l’avais pas vu depuis des années. C’était choquant au début, franchement. J’ai essayé de trouver un moyen sans jugement de demander : « Où étiez-vous ? Il a dit : « J’ai arrêté de travailler pour cause de maladie ; ils en ont marre de moi.

Ensuite, j’ai eu une merveilleuse interview avec lui et Tim Considine pour la sortie en 2006 du DVD “Walt Disney Treasures” de “The Hardy Boys” (un long métrage en série sur “The Mickey Mouse Club”). Et c’était vraiment touchant et réconfortant de voir avec mes propres yeux la totale admiration que Tim avait pour lui.

Et maintenant à Starstruck. Les mémoires de Katie Couric viennent de paraître et, dans les extraits que j’en ai lus, elle en profite pour régler ses comptes avec d’anciens collègues, rivaux et amants, et vient de brûler tous ses ponts. On en trouve très peu dans les mémoires de Leonard Maltin.